Nouvelles

De l’effet papillon…à l’Édifice G.H.Dupuis !


Vous avez possiblement entendu parler de cette fameuse métaphore qui dit « qu'un seul battement d'ailes d'un papillon au Brésil pouvait déclencher une tempête au Texas » ; théorie du chaos popularisée et mise de l’avant par le scientifique Edward Lorez.
 
Pourquoi donc vous entretenir de cet évènement et de le relier à l’Édifice G.H. Dupuis?
 
Pour que collectivement nous puissions prendre conscience que chaque geste posé individuellement ou collectivement a un impact sur notre vie, sur les autres et sur notre environnement.
 
Revenons un peu sur l’histoire de l’acquisition de cet édifice par le conseil municipal en décembre 2015.
 
Fort de l’appui de la population, le conseil municipal reçoit, en octobre 2015, dans le cadre d’une assemblée publique portant sur la planification stratégique de la municipalité, l’aval de la population pour l’acquisition d’édifices pouvant être utilisés pour des espaces communautaires ou autre chose.
 
C’est ainsi que le précédent conseil acquiert lors d’une vente judiciaire ce bâtiment abandonné, non sécurisé et disons-le peu intéressant au cœur même de notre village.
 
Plusieurs raisons ont justifié cet achat. En plus de la désuétude citée précédemment, il y a eu une augmentation de la population étudiante à l’école (ce qui a obligé la direction à refuser l’ouverture d’une autre classe en raison de la présence dans l’école de la bibliothèque municipale); le manque d’espace pour entreposer l’équipement municipal et enfin la possibilité de transfert du bureau de poste.
 
Soulignons qu’il était aussi possible d’obtenir des subventions offertes par le gouvernement puisque nous répondions, à l’époque,  aux critères demandés. Ce bâtiment, une ancienne meunerie construite en 1934, nous semblait un bâtiment intéressant de par sa grandeur, sa solidité et sa structure.
 
Or, depuis notre achat, plus de deux années se sont écoulées. Au cours de cette période, des citoyens ont fait pression auprès des instances gouvernementales pour contester l’achat de ce bâtiment et pour demander aux autorités concernées du ministère de l’Environnement d’effectuer des évaluations environnementales. Cela a occasionné des coûts au montant de 5 696 $ et conséquemment, la réponse à notre demande de subvention a été retardée.
 
Une fois les analyses complétées et la bonne qualité du sol confirmée par les autorités, notre demande a  été acceptée. Mais à des conditions fort différentes.
 
En effet à cause du retard dans les démarches, le programme de subvention initial a été remplacé par un programme moins généreux. Nous avions prévu en 2016 des dépenses de 204 456 $ pour la réfection de l’enveloppe extérieure du bâtiment et l’aménagement du rez-de-chaussée et des subventions à hauteur de 50%,  ce qui aurait occasionné une dépense réelle de 102 273$. Mais voilà le hic. Les critères depuis juin 2017 ont été modifiés.  Les programmes d’aide ont fondu comme neige au soleil, qui soit dit en passant, s’applique uniquement pour les municipalités non endettées! Ainsi du 50% de 204 456 $ nous recevons maintenant une aide de 20%, soit 40 909 $. C’est donc un manque à gagner de 61 364$. Voici ce que collectivement, nous devrons assumer.
 
Bien que nous soyons en bonne santé financière, il ne fait pas de doute que ce projet coûtera plus cher que prévu. Nous travaillons très fort actuellement pour identifier d’autres programmes et revendiquer auprès de certaines instances le fait que nous avions déposé notre demande avant les changements annoncés. Qui sait peut-être la chance sera-t-elle de notre côté!!!
 
Mais soyez sans crainte, notre papillon reprendra sa route plus déterminé que jamais à arriver à bon port. Nous prévoyons qu’il se dépose au 711 rue Gauvin d’ici la fin de l’été. Et croyez-moi, ce ne sont  pas ces petits coups de vent qui l’auront détourné de sa destination!
 
Carole Dansereau,
Conseillère municipale
Développement économique/ culturel /social/ école/ patrimoine